Claude Larochelle conseiller de Fabreville et leader de l’Opposition officielle

Budget de la ville de Laval : le maire Boyer n’était pas prêt

Devant le retard de l’adoption du budget de la ville de Laval et du Programme triennal d’immobilisations, le manque flagrant d’informations soumis aux élus et l’absence de réponses satisfaisantes aux nombreuses questions posées par les élus de l’Opposition officielle, Louise Lortie et Claude Larochelle, lors des deux séances extraordinaires du conseil municipal qui avaient lieu hier soir, force est d’admettre que l’administration Boyer n’était finalement pas prête : « Le budget de la ville de Laval sera adopté in extremis, nous n’avons aucune marge de manœuvre ! Fidèle aux habitudes de son prédécesseur, M. Boyer manque de transparence, maquille la vérité pour mieux faire passer la pilule auprès de la population lavalloise. La hausse du compte de taxes des propriétaires de maisons unifamiliales n’est pas de 1,9% comme le claironne le maire, mais plutôt de 3.1% pour la vaste majorité des citoyennes et citoyens lavallois. Il oublie commodément d’ajouter l’augmentation des frais afférents comme la tarification des services de l’eau et celle du transport régional », fait remarquer le chef par intérim de Parti Laval et conseiller de Fabreville, M. Claude Larochelle.

Le maire admet des lacunes au processus budgétaire

« Comme première expérience d’élue, je suis assez déçue du processus entourant l’adoption du budget. J’apprécie que le maire Boyer, après 8 ans au pouvoir, reconnaisse que le processus est imparfait, mais il en demeure que nous n’avons que trop peu de temps pour poser des questions aux fonctionnaires, pour analyser toute l’information qui nous est transmise et pour prendre une décision qui aura des répercussions réelles sur la qualité de vie et la prestation de services aux citoyennes et citoyens. », de souligner la conseillère de Marc-Aurèle-Fortin, Mme Louise Lortie.  Du côté de Parti Laval, il est impératif de mener le processus budgétaire avec rigueur : « Je ne peux pas concevoir que l’administration Boyer nous demande d’adopter un document aussi important pour le fonctionnement de la Ville sans que les membres du conseil municipal aient la chance d’en comprendre tous les tenants et aboutissants », d’exprimer à regret Mme Lortie. 

« Le maire Boyer et son équipe nous ont demandé de reconduire des subventions et des programmes qui existent depuis des années sans qu’aucun chiffre, statistique ou bilan ne nous soient présentés. Quel montant d’argent est prévu pour le programme de subventions pour la conversion d’un système de chauffage au mazout pour un système électrique ou à énergie renouvelable ? Qu’en est-il de celui pour les couches réutilisables ou encore pour la plantation d’arbres ? Combien de demandes sont reçues annuellement ? Ces programmes doivent-ils être bonifiés, revus ou abolis ? Personne n’a été capable de répondre à ces questions pourtant simples ! Pour le maire Boyer, il ne s’agit que d’une formalité. On reconduit aujourd’hui, on se pose les questions plus tard. Cela ne fait aucun sens ! On n’est pas là juste pour mettre notre étampe, on a un devoir de s’assurer qu’on dépense intelligemment chaque dollar payé en taxes! », déplore le chef de l’Opposition officielle, M. Larochelle.