Claude Larochelle conseiller de Fabreville et leader de l’Opposition officielle

« La langue française doit demeurer un vecteur rassembleur et inclusif pour la diversité lavalloise. Notre ville doit jouer son rôle et se montrer exemplaire dans la valorisation du français sur son territoire » – Claude Larochelle

La question de la protection et de la valorisation de la langue française s’est invitée au conseil municipal de Laval ce mois-ci. En effet, lors de la dernière séance du conseil municipal, qui avait lieu le mardi 3 mai, le chef par intérim de Parti Laval et conseiller de Fabreville, M. Claude Larochelle, a déposé un avis de proposition pour qu’un comité lavallois sur la langue française soit formé.

Ce comité serait responsable de faire rapport de l’état du français à Laval et de présenter, d’ici la fin de l’année 2023, un plan d’action municipal pour favoriser la valorisation de la langue. Un peu à la manière dont l’a fait la ville de Montréal, ce plan d’action permettrait de mettre en place les conditions gagnantes pour veiller à la préservation de la langue française. « À Laval, en ce moment, il n’y a aucune règle, aucune politique ou consigne claire qui dicte les moyens à entreprendre pour faire rayonner le français au sein de notre organisation.  On se doit de définir le rôle que peut jouer la ville dans la promotion du français », affirme l’élu.

Pour un plan détaillé avec des actions concrètes

Le conseiller municipal de Fabreville explique quelles sont ses attentes envers le comité à former : « Il est essentiel que la ville se fixe des objectifs avec un échéancier à respecter. Elle doit poser des gestes et des actions concrètes qui sont dans son champ de compétences. Le but de la proposition est de mettre en place un plan qui reconnaîtra l’importance du français, fera la promotion de la langue pour en assurer la protection pour les générations futures. » Il ajoute : « Ces actions ne peuvent cependant pas être menées sans la participation et l’inclusion des communautés anglophones et allophones. Il est impératif que la stratégie municipale prenne en compte la réalité qui est propre à Laval ! Pour nous, le français doit contribuer à la cohésion sociale, et non pas être un facteur de division au sein de la communauté. C’est pourquoi cette politique s’avère nécessaire », soutient Claude Larochelle.

« Les données du recensement 2021 seront bientôt disponibles et brosseront sans doute un portrait assez juste de l’état du français à Laval. Ces informations pourront être compilées dans le rapport qui servira de point de départ pour la mise en œuvre du plan d’action municipal », précise la conseillère de Marc-Aurèle-Fortin, Mme Louise Lortie.

Parti Laval a d’ailleurs lancé une pétition en ligne pour recueillir des appuis à la proposition et ainsi démontrer au conseil municipal que cet enjeu mérite d’être pris au sérieux par l’administration en place. Pétition qui sera déposée lors de la séance du conseil municipal du 7 juin prochain, date à laquelle le débat sur la proposition aura également lieu.