Courtoisie

Le mercure grimpe? Attention aux malaises et aux coups de chaleur!

Le travail à la chaleur peut constituer un risque pour la santé et la sécurité des travailleurs et travailleuses qui effectuent une tâche physique. Pour prévenir les lésions graves, qui peuvent même s’avérer mortelles, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) invite les employeurs à préparer adéquatement leur milieu de travail avant l’arrivée du temps chaud, notamment en planifiant le travail et en appliquant des mesures de prévention afin de protéger les travailleurs et travailleuses.

Les signes et les symptômes à surveiller

Les principaux dangers pour la santé et la sécurité sont la déshydratation et les malaises liés à la chaleur, dont le coup de chaleur, qui peuvent notamment entraîner des étourdissements, une perte d’équilibre, une perte de conscience, voire le décès de la personne. Des propos incohérents et une fatigue inhabituelle sont aussi des signes à surveiller.

Les premiers symptômes peuvent être subtils, mais l’état de la personne peut rapidement s’aggraver. Aux premiers indices d’un malaise lié à la chaleur, on doit prévenir le secouriste et un superviseur afin qu’ils appliquent les mesures appropriées.

Mesures de prévention

Pour assurer des conditions sécuritaires, tout spécialement lors de périodes de chaleur, l’employeur doit mettre en place, avant que celles-ci surviennent, différentes mesures de prévention. Une bonne pratique est d’établir un plan d’action prévoyant des contrôles techniques (comme un abri climatisé), des mesures administratives (comme l’alternance travail-repos), de la formation et de l’information ainsi que des vêtements et des équipements adaptés au travail à la chaleur.

Pour leur part, les travailleurs et travailleuses doivent appliquer les mesures de prévention mises en place et porter une attention particulière à leur état général et à celui de leurs collègues.

Les principales mesures de prévention à appliquer sont les suivantes :

  • confier aux travailleurs un travail plus léger pour les périodes les plus chaudes et remettre à plus tard ou à une période plus fraîche de la journée les tâches physiques non essentielles;
  • ajuster le rythme de travail en fonction de la température;
  • informer tous les travailleurs – actuels, nouveaux, temporaires et étudiants – et les superviseurs des risques, des mesures de prévention, des signes et des symptômes des malaises attribuables à la chaleur ainsi que des façons de prodiguer les premiers secours;
  • assurer une surveillance des symptômes chez les travailleurs et travailleuses;
  • fournir de l’eau fraîche aux travailleurs et travailleuses en quantité suffisante, s’assurer qu’ils y ont accès et qu’ils en boivent (prévoir minimalement un verre d’eau toutes les 20 minutes, selon les recommandations de l’utilitaire « Température de l’air corrigée»);
  • accorder des pauses aux travailleurs et travailleuses en nombre et en durée suffisants et voir à ce qu’ils prennent ces pauses dans des endroits frais, climatisés (abris, roulotte climatisée) ou à l’ombre.

Pour en savoir plus, consultez le site Web de la CNESST à cnesst.gouv.qc.ca/chaleur.