Photo BigBen Foto

Les Pétroliers échappent le match en prolongation

La formation de Pierre Pelletier était au fait de l’enjeu de cette rencontre et a démarré celle-ci en trombe prenant les devants après seulement 2 :32 de jeu. En effet, Brendan Hamelin complétait le jeu de Nicolas Poulin et Jean-Michel Daoust. Malheureusement pour les Lavallois, une décision allait changer l’allure de la rencontre. Danick Paquette écopait d’une pénalité de 5 minutes en plus d’une extrême inconduite de partie pour avoir appliqué une mise en échec par-derrière. Les visiteurs en profitaient donc pour créer l’égalité.

En début de deuxième période, on refusait un but à Patrick Bordeleau après 56 secondes de jeu. Quatre minutes plus tard, Maxime Macenauer logeait un tir du revers dans la partie supérieure du filet. Les visiteurs répliquaient toutefois avec deux buts en moins de deux minutes.

Après cinq minutes de jeu en troisième période, Dominic Talbot-Tassi créait l’égalité alors que les siens évoluaient en supériorité numérique.

Incapable de faire de maître après 60 minutes de jeu, l’issue de cette partie allait se jouer en temps supplémentaire. Et comme il arrive fréquemment, un tir anodin fait souvent la différence et c’est en plein ce qui arriva après 1 :12 de jeu.

Les Marquis réduisent donc l’écart à 2-1 et les deux équipes croiseront à nouveau le fer ce soir à Jonquière. Il est d’ores et déjà établi que les Pétroliers disputeront une troisième rencontre locale dans cette série et c’est donc jeudi soir que les Pétroliers retrouveront leurs partisans au Colisée Laval.

Loin d’afficher un air abattu, Yannick Riendeau déclarait en entrevue d’après match : « On veut toutes les gagner. On a eu une très bonne opposition ce soir. Nous avons vécu beaucoup d’adversité et nous sommes revenus dans le match. La rencontre aurait pu aller d’un côté comme de l’autre c’était très serré. Personne ne croyait remporter cette série en 4 parties. Demain on se retrousse les manches et on sait qu’on peut gagner à Jonquière. En séries, c’est un match à la fois. On a perdu, on la met de côté et on pense à demain. »