Courtoisie

Pandémie de la COVID-19 – La prise de rendez-vous bientôt ouverte à toute la population adulte et réduction de l’isolement pour certains travailleurs de la santé

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a dévoilé aujourd’hui le calendrier d’ouverture de prise de rendez-vous qui permettra aux personnes appartenant au dernier groupe prioritaire ainsi qu’à la population âgée de 18 ans et plus de recevoir la dose de rappel du vaccin.

Le ministre Dubé a également annoncé que dans le contexte actuel, et sous plusieurs conditions, la période d’isolement pourra être réduite pour certains travailleurs de la santé positifs à la COVID-19 La période d’isolement tiendra compte du type d’exposition, des résultats d’analyse de laboratoire ainsi que du statut vaccinal du travailleur.

Cette nouvelle directive s’appliquera en situation de risque de rupture de service dans les milieux de soins et de vie. Plusieurs mesures devront être strictement respectées.

Le Québec a établi un nouveau record en enregistrant 12 833 nouvelles infections à la COVID-19 ainsi que 15 nouveaux décès dans les 24 dernières heures. On retrouve également 88 nouvelles personnes hospitalisées (total de 708) de dont six de plus aux soins intensifs (total de 115).

Dose de rappel

Afin d’accélérer l’administration de la dose de rappel, qui permet d’obtenir une protection accrue significative contre le variant Omicron, plusieurs efforts sont déployés afin de rehausser la capacité vaccinale. Jusqu’à maintenant, plus d’un million de doses de rappel ont été administrées. Il est prévu que les activités de vaccination se poursuivent jusqu’au mois de mars prochain.

Ainsi, dès le mercredi 29 décembre, les travailleurs essentiels suivants pourront prendre rendez-vous en ligne sur la plateforme Clic Santé :

  • Tout le personnel des milieux scolaires (préscolaire et primaire, secondaire, formation professionnelle, enseignement supérieur) ;
  • Tout le personnel de sécurité publique incluant celui des services de police, des services incendie, des centres d’appel d’urgence, des services correctionnels et de la sécurité civile;
  • Organismes communautaires du secteur de la santé et des services sociaux;
  • Certains employés œuvrant dans le secteur de l’agriculture, des pêcheries et de l’alimentation (inspecteurs et personnel d’abattoirs);
  • Travailleurs de la santé du secteur privé;
  • Autres travailleurs de la santé (entreprises d’économie sociale en aide à domicile, soins palliatifs, etc.).

Par la suite, à partir du 4 janvier prochain, l’ouverture de la prise de rendez-vous se fera de façon graduelle et par groupe d’âge :

  • 4 janvier : 55 ans et plus;
  • 6 janvier : 50 ans et plus;
  • 10 janvier : 45 ans et plus;
  • 12 janvier : 40 ans et plus;
  • 14 janvier : 35 ans et plus;
  • 17 janvier : 30 ans et plus;
  • 19 janvier : 25 ans et plus;
  • 21 janvier : 18 ans et plus.

« Le nombre de cas demeure élevé et nous observons également une hausse importante des hospitalisations au cours des derniers jours. Il faut limiter nos contacts pour réduire la transmission et protéger notre réseau de la santé et notre personnel. La dose de rappel permet d’obtenir une meilleure efficacité pour lutter contre le variant Omicron, et c’est pourquoi nous accélérons la cadence de vaccination et devançons la prise de rendez-vous pour l’ensemble des adultes. De plus, afin d’éviter des bris de services et de faire encore plus de délestage, nous allons assouplir, sous plusieurs conditions, la durée de l’isolement pour certains travailleurs de la santé. Nous prenons cette décision car notre priorité est de pouvoir soigner les Québécois qui en ont besoin. »

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Faits saillants :

  • La prise de rendez-vous pour les personnes de 60 à 64 ans est ouverte depuis le 27 décembre. Plusieurs autres clientèles sont déjà admissibles. Notons que le personnel en service de garde fait partie de ces clientèles prioritaires.
  • Rappelons que selon les arrivages de vaccins, les personnes se verront offrir le vaccin de Pfizer ou de Moderna, qui sont tous deux des vaccins à ARNm, et qui ont donc un fonctionnement et une composition semblables. Les vaccins à ARNm sont considérés comme interchangeables et recevoir un vaccin différent de ceux administrés en première ou deuxième dose est sécuritaire.
  • Une dose de rappel de vaccin à ARN messager contre la COVID-19 est recommandée trois mois ou plus après la dernière dose.
  • En plus d’être plus susceptibles de contracter la maladie et de développer des complications, les personnes non adéquatement vaccinées représentent une proportion importante des hospitalisations actuelles. En raison des risques encourus, il leur est ainsi fortement recommandé d’éviter les rassemblements privés.