Courtoisie

Redonnons le sentiment de sécurité à nos jeunes!

Je suis inquiet. C’est le moins que l’on puisse dire. Comme citoyen, comme grand-père, comme député et aussi comme ancien policier, la recrudescence des actes violents impliquant des armes à feu, à Laval, me donne froid dans le dos.

Récemment, une altercation entre élèves s’est terminée avec un coup de feu, en plein jour, dans la cour de l’école secondaire Curé-Antoine-Labelle, que j’ai moi-même fréquentée à l’adolescence. J’en garde d’excellents souvenirs.

Avec mes camarades, dans la cour arrière de l’école, on placotait, on fumait en cachette, on faisait des beaux yeux aux filles, bref, on vivait cette belle période sans faire de mal à personne et surtout, sans crainte de quoi que ce soit. C’était des belles années.

Aujourd’hui tout a bien changé. Sans vouloir paraître d’un vieux nostalgique, il faut reconnaître que nos jeunes ne profitent pas de ces belles années de vie de la même façon que nous l’avons fait. Et ça commence par un important sentiment d’insécurité chez eux.

Effectivement, aujourd’hui, la banalisation quant à la possession d’une arme à feu chez nos jeunes est devenue un enjeu quotidien très préoccupant. Non seulement de plus en plus d’adolescents trouvent tout à fait normal d’être armés, mais ils s’en font même une gloire. C’est épouvantable!

Bien sûr, on peut ajouter des policiers et annoncer des mesures toujours plus sévères pour contrôler la possession d’armes de poing et autres mesures de répression. C’est nécessaire, mais ça ne suffit pas pour ramener un parfait sentiment de sécurité dans la population lavalloise.

C’est pourquoi, en plus des mesures de répression, il est essentiel qu’un travail de prévention s’effectue en amont. Plusieurs organismes communautaires possèdent les connaissances nécessaires pour intervenir sur le terrain et faire un travail de sensibilisation face aux dangers des armes auprès des jeunes. Encore faut-il qu’ils aient les ressources pour accomplir cette mission qu’est la leur.

En tant que société, nous devons prendre tous les moyens possibles pour protéger notre belle jeunesse qui représente l’avenir. Assurons-nous que tous les efforts sont déployés pour que nos jeunes d’aujourd’hui et de demain puissent aussi « jeunesser » à leur tour et ce, en toute sécurité. Je leur souhaite de tout mon cœur.

Jean Rousselle

Député de Vimont et porte-parole de l’opposition officielle en matière de sécurité publique