Claude Larochelle conseiller de Fabreville et leader de l’Opposition officielle

Travaux de réaménagement et mise aux normes du 2785, avenue Francis-Hughes

Trois ans après avoir fait l’acquisition du bâtiment situé au 2785, av. Francis- Hughes, l’administration municipale revient à la charge avec un tout nouveau projet nécessitant des investissements de l’ordre de 36M$.

Un projet de « réaménagement et de mise aux normes » qui n’a pas du tout été évoqué lors de la transaction initiale en 2018 et qui était inexistant au Plan triennal d’immobilisation 2021- 2023 alors que des travaux d’à peine 5M$ étaient prévus. L’incompréhension est totale pour le conseiller de Fabreville et leader de l’Opposition officielle, M. Claude Larochelle : « Comment se fait-il que nous n’ayons pas été capables de prévoir nos besoins trois ans à l’avance ? Pourquoi nous avoir présenté un projet d’acquisition pratiquement « clé en main », qui nous évitait une longue et coûteuse construction, si des travaux majeurs de 36M$ sont finalement nécessaires en 2021 ? Est-ce qu’on l’échappe en matière de planification ? Comment se fait-il que ce projet nous soit présenté comme s’il s’agissait d’une urgence nationale alors que nous n’en avions jamais entendu parler avant cette semaine ? », questionne l’élu.

Une planification déficiente

« Encore une fois, on nous présente un projet pour lequel aucune étude d’opportunité n’a été préparée. En 2018, il était pressant de procéder à l’acquisition du 2785, av. Francis-Hughes pour répondre à nos besoins prioritaires en matière de locaux pour nos services municipaux (gestion de l’eau, urgence sociale et gendarmerie). Deux ans plus tard, on nous propose un tout nouveau projet pour lequel des investissements majeurs sont demandés. Notre décision aurait-elle été la même si on nous avait fait part de cette information à l’époque ? Difficile de le dire à ce point-ci, mais cela donne vraiment l’impression que nous sommes placés devant le fait accompli », de dénoncer Claude Larochelle.

« Pourquoi a-t-il fallu attendre à la toute dernière minute avant d’ajouter ce projet au Plan triennal d’immobilisations 2021-2023 qui évoquait une simple dépense de 2,5M$ pour compléter l’aménagement du bâtiment acheté en 2018 ? Comment se fait-il que les élus soient informés de la nécessité de ce mégaprojet de 36M$ deux semaines avant les vacances des Fêtes ? S‘il est aussi important, il me semble que nous aurions dû en entendre parler bien avant ! Pour moi, il s’agit d’un autre exemple où le manque de transparence se fait bien sentir », fait falloir la conseillère de Marc-Aurèle-Fortin, Louise Lortie.