Courtoisie. Michel Stringer avec son purificateur d'air. (Groupe CNW/Airpura Industries)

Un fabricant local de purificateurs d’air a fait un don d’un purificateur d’air à un enseignant de Montréal qui s’est vu refuser un purificateur d’air dans sa classe par le centre de services scolaire

En pleine pandémie, un enseignant immunodéprimé s’est d’abord vu refuser par son centre scolaire le droit d’avoir un purificateur d’air dans sa classe. Par conséquent, il n’a pas pu enseigner depuis le début de l’année scolaire. Airpura, un fabricant local de purificateurs d’air de Laval, est intervenu pour l’aider en lui faisant un don d’un purificateur d’air qu’il pourra utiliser dans sa classe. Le centre de services scolaire a finalement acquiescé après quelques semaines de pression de la part de M. Stringer, de son médecin et à la suite de nombreuses couvertures médiatiques.

Le gouvernement du Québec a installé environ 90 000 détecteurs de dioxyde de carbone (CO2) dans les écoles du Québec. Les niveaux de CO2 peuvent être utilisés comme une mesure pour déterminer si une pièce est correctement ventilée ou non. Plus les niveaux de CO2 sont élevés, plus l’air est « impur » et plus la probabilité que vous ayez des contaminants en suspension dans l’air, y compris des particules virales, est élevée si quelqu’un est malade.

Bien que le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ait recommandé un niveau de CO2 de 800 ppm pour que tous les lieux intérieurs soient sécuritaires, le ministère de l’Éducation du Québec a inventé ses propres lignes directrices et a estimé que les salles de classe avec des niveaux de CO2 d’environ 1 500 seraient considérées comme ayant une « qualité de l’air satisfaisante ». De plus, le gouvernement a refusé les demandes de rendre les données publiques. Ils refusent également de faire valider leur méthodologie de test par des experts indépendants.

 « C’est exaspérant. Le gouvernement du Québec cache clairement quelque chose à ses citoyens en refusant de nous montrer les données sur la qualité de l’air dans les écoles. Depuis le début de la pandémie, ils ont refusé de prendre leur responsabilité en rapport avec la mauvaise gestion de la situation, ce qui a coûté la vie à des milliers de Québécois. Ils n’ont clairement aucun respect pour les citoyens qui les ont mis au pouvoir pour les protéger, y compris les plus vulnérables, les personnes âgées et maintenant nos enfants », a déclaré Helder Pedro, président d’Airpura.

Basé sur des études douteuses et erronées, le gouvernement du Québec a cité « des preuves non concluantes des purificateurs d’air » dans la réduction efficace de la transmission du COVID-19. Plusieurs études ont prouvé le contraire et l’EPA et le CDC ont approuvé et encouragé l’utilisation de purificateurs d’air dans les salles de classe.

M. Stringer est extrêmement satisfait de son nouveau purificateur d’air. « Quel magnifique don! C’est comme la Cadillac des purificateurs d’air. »

Airpura est une entreprise canadienne qui est activement concentrée sur le contrôle des agents pathogènes, de la fumée des feux de forêt et des produits chimiques au cours des deux dernières décennies. Le SRAS-CoV-2 est le cinquième agent pathogène auquel Airpura s’est attaqué avec ses systèmes de filtration d’air. Tout au long de la pandémie, les purificateurs d’air Airpura ont été déployés dans la lutte contre le COVID-19 dans les hôpitaux, les écoles, les cliniques dentaires et les lieux de travail du monde entier.